Développement partagé : nos principes d’action

Portrait d'opérateurs portant un casque de protection sur la plateforme offshore de production de Girassol, en Angola

Maîtriser notre empreinte globale (environnementale, économique, sociale...) et être un acteur du développement local : tels sont nos objectifs, partout où nous intervenons. Pour les atteindre, nous privilégions une approche fondée sur le dialogue et la recherche de relations bénéfiques, à la fois pour les territoires qui nous accueillent et pour nos activités.

Contribuer au développement socio-économique

Contribuer au développement socio-économique des pays et communautés où se trouvent nos implantations fait partie des principes de notre Code de conduite.

Nous exerçons cette responsabilité en premier lieu en tant qu'acteur économique.

En 2011 :

  • nous avons versé 20,7 milliards d'euros d'impôts et de taxes à la production (hors droits d'assises) aux pays dans lesquels nous opérons ;
  • nous avons aussi réalisé 26 milliards d'euros d'achats dans le monde entier.

Le saviez-vous ?

Depuis 2010, Total est signataire d’une charte de bonnes pratiques entre donneurs d’ordres et PME (petites et moyennes entreprises). Cette charte établit 10 engagements pour des achats responsables en cherchant à favoriser une relation équilibrée, durable et responsable entre les fournisseurs et leurs clients. Elle a été signée sous l’égide du ministère français de l'Économie et des Finances.

Promouvoir la transparence

Transparence sur nos opérations

Nous adoptons une attitude constructive de transparence sur nos opérations, de dialogue et de partage de l'information.

Transparence financière

Les montants tirés du pétrole sont souvent mal connus du grand public et la gouvernance de certains pays où nous travaillons est de qualité variable. Pour cette raison, nous sommes fermement engagés en faveur d'une transparence financière rigoureuse. Nous participons activement aux démarches et dialogues intergouvernementaux sur le sujet. Depuis son lancement en 2002, nous soutenons l'Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE). Son but : inciter les autorités nationales des pays riches en ressources minières à publier les flux financiers issus de leur exploitation. Avec l'accord des États concernés, nous publions pour notre part les impôts et taxes versés dans huit pays, qui représentent 61 % de notre production de pétrole brut.

Renforcer les effets positifs de notre présence

Sans nous substituer aux pays qui nous accueillent, nous voulons contribuer au développement économique et social de nos parties prenantes, c'est-à-dire de tous ceux qui, de près ou de loin, sont concernés par nos activités.

Cette démarche est d'autant plus importante à nos yeux que la majeure partie de notre production vient de pays émergents, dans lesquels les besoins de base peuvent être considérables.

Elle guide notre action dans l'ensemble des pays où nous sommes implantés, et s'adapte à chaque contexte. Partout dans le monde, elle s'articule autour de trois grands axes :

  • mettre en place des relations constructives avec les parties prenantes ;
  • maîtriser et réduire nos impacts négatifs ;
  • optimiser nos retombées positives.

L'objectif : renforcer les effets positifs de notre présence et favoriser notre intégration locale.

Nos efforts, nous en sommes conscients, n'ont pas toujours la portée que nous escomptons. Nous voulons encore progresser, et pour cela, nous continuons à agir, en partenariat avec les autorités des pays hôtes, les communautés locales et des spécialistes du développement.

Car nous en sommes convaincus, c'est en testant outils et projets, en croisant et partageant les expériences, en professionnalisant toujours plus notre démarche, que nous pourrons améliorer nos actions en continu, pour le bénéfice de tous.