Préserver les ressources en eau

Traitement des eaux usées sur le site de production Total Petrochemicals à Feluy, en Belgique

L’eau est une ressource naturelle parfois difficile d’accès. C’est pourquoi Total veille à optimiser sa consommation et à améliorer la qualité de ses rejets.

Optimiser notre consommation en eau

Optimiser l’usage de l’eau est un impératif qui concerne l’ensemble de nos activités et de nos métiers. Depuis 2007, nous disposons d’un guide méthodologique dédié à cette thématique. Son but est de :

  • diffuser les bonnes pratiques au sein du Groupe ;
  • aider les sites à définir des objectifs de réduction de leurs consommations.

Nous travaillons en priorité sur les sites où l’utilisation industrielle de l’eau entre en compétition avec d’autres usages essentiels, tels que la consommation domestique ou l’agriculture. Les réponses que nous apportons sont différenciées en fonction des contextes locaux et des contraintes saisonnières.

Préserver la qualité de l’eau

Lorsque le pétrole ou le gaz sont extraits d'un gisement, ils sont mélangés avec de l’eau (dite « de production »). La proportion d’eau, initialement faible, augmente généralement avec le temps.

Notre priorité est de réinjecter cette eau de production dans les gisements. Cela permet d'y maintenir la pression et donc d’augmenter la récupération des hydrocarbures (l’eau agit comme un piston et pousse le pétrole vers les puits). Cette méthode permet également le recyclage de l'eau : consommation et rejets sont ainsi limités.

Cette démarche suppose la mise en œuvre de procédés techniques élaborés. Citons par exemple l’ultrafiltration par membranes, qui permet de ne pas perturber la perméabilité du gisement et le bon drainage du pétrole vers le puits (schématiquement, il s’agit d’empêcher le bouchage des « micro-canaux » qui sillonnent les gisements et assurent la circulation du pétrole).

Si la réinjection n’est pas possible, l’eau est traitée avant d’être rejetée dans le milieu naturel. Nous limitons, pour chaque site, la teneur en hydrocarbures de l’eau rejetée à 30 mg/l en pleine mer. À terre et dans les zones littorales, nous nous donnons pour objectif 10 mg/l.

Adapter nos installations, généraliser les bonnes pratiques

Traitement des eaux usées à la raffinerie de Feyzin, près de Lyon

Vue de l'installation de traitement des eaux usées
de la raffinerie de Feyzin, près de Lyon.

Plus globalement, nos différentes entités mettent en œuvre des plans d’amélioration du traitement des eaux résiduaires, accompagnés au cas par cas de modifications des installations.

Nous veillons aussi à favoriser le partage et la généralisation des bonnes pratiques :

  • À la raffinerie de Feyzin, par exemple, la construction d’un « flottateur à air dissous » (qui sépare l’eau des particules ou des gouttes d’hydrocarbures en suspension) a permis de réduire de 20 % la quantité globale de demande chimique en oxygène (DCO) rejetée.
  • À la raffinerie de Grandpuits, une meilleure gestion des effluents a permis d’augmenter le recyclage et de réduire la consommation d’eau de 14 %.
  • À la raffinerie d’Anvers, une réduction de 55 % de la teneur en hydrocarbures des rejets a pu être obtenue, grâce à la mise en place minutieuse de bonnes pratiques d’exploitation.

Une démarche conjointe pour une réduction concrète des rejets polluants

En 2011, le site de Donges s'est engagé dans un projet qui a pour ambition de faire de la raffinerie une référence dans les domaines Qualité, Sécurité et Environnement. Cette politique volontariste a permis d'obtenir les premiers résultats dès 2012, en particulier sur l'eau. Des progrès importants ont été enregistrés, avec une réduction de plus de 20 % de la charge polluante des effluents du site. Ce résultat est le fruit d'une démarche conjointe entre les acteurs de la station de traitement et ceux des unités productrices d'effluents.

Anticiper l’évolution des règlementations

Nous portons une attention toute particulière aux micropolluants et aux substances dangereuses. Ainsi, en 2009, nous avons engagé sur tous les sites européens importants de notre activité Chimie des travaux de recherche sur les substances dangereuses. Ces travaux ont été prolongés en 2010 par des campagnes d’analyses sur le terrain.

Notre objectif : anticiper une tendance à l’accroissement des exigences de qualité chimique et écologique des milieux récepteurs (mers et rivières) dans la réglementation sur l’état des eaux de nombreux pays (directive-cadre européenne sur l’eau, entre autres).

Faire face au risque de pollution accidentelle

Face aux risques de pollutions marines et fluviales accidentelles, nous mettons l'accent sur la prévention. Plans d’urgence mis à jour en permanence, exercices pratiques (simulations d’accident, exercices pratiques de déploiement d’équipements), conventions avec des organismes spécialisés dans la lutte antipollution… Nous consolidons nos capacités à être prêts, en toutes circonstances, à lutter contre une pollution accidentelle.

Faire face au risque de pollution accidentelle

  • L'environnement en offshore

    Challenges environnementaux

    Préserver la qualité de l'eau et de l'air des effets potentiels de ses activités est un objectif majeur pour Total.

    Évaluer, quantifier, recenser
  • Offshore profond : biodiversité