Sécuriser le transport de nos produits

Camion-citerne dans le centre emplisseur GPL Total Gaz au Vietnam 

La maîtrise du risque transport s’appuie sur des démarches d’analyse systématiques des accidents, desquelles découlent des plans d’amélioration de la sécurité.

En 2009, toutes activités confondues, le groupe Total a été amené à transporter environ 210 millions de tonnes de matières premières (pétrole brut, gaz naturel, par exemple), de produits « intermédiaires » (hydrocarbures liquides tels que charges pour les unités de vapocraquage par exemple), et de produits « finis » (carburants, GPL-gaz de pétrole liquéfié-, etc.)

La quasi-totalité des mouvements concerne le transport de matières dangereuses : hydrocarbures liquides et liquéfiés, mais aussi produits pétrochimiques et chimiques. Les caractéristiques de dangerosité des produits transportés, leur diversité et leur variété, constituent l’élément le plus déterminant de notre analyse du « risque transport ».

Les autres éléments à considérer sont issus de l’analyse de nos données d’accidentologie. Les analyses mettent en évidence que les actions sur nos transports terrestres (route, fer) doivent être considérées comme prioritaires, et plus spécifiquement les transports par route de la zone Afrique.

ModeTonnage 2009 (MT)Régions du monde plus particulièrement concernées
Route 45 Europe - Afrique
Fer 16 Europe
Fluvial 21 Europe - USA - Asie
Maritime 130 -

Des démarches globales permettant d'améliorer la maîtrise des risques transport

Action transverse

L’une des priorités reste l’analyse d’accident et la mise en place d’un processus de retour d’expérience « robuste ». Pour y contribuer, une base REX (retour d'expérience) couvrant l’ensemble des activités transport du Groupe a été mise en place en 2009.

Transport par canalisations

Nos réseaux représentent au total plus de 23 000 km de canalisations dont environ 13 000 km pour le transport de gaz naturel (essentiellement en France et en Amérique du Sud). 8 000 km pour le transport d’hydrocarbures (en Europe et aux États-Unis) et près de 2 000 km pour le transport de produits chimiques (éthylène, propylène en particulier).

En novembre 2009, se sont tenues les 6e Journées Thématiques Pipelines, au cours desquelles les présentations et échanges ont illustré le savoir-faire des « pipeliniers » du Groupe dans le maintien du haut niveau de sécurité des réseaux. Y contribuent en particulier :

  • l’établissement de guides méthodologiques et de guides de bonnes pratiques (guides internes, guides interprofessionnels) ;
  • des démarches de management de l’intégrité des ouvrages : détections de fuites, réparations par composites, suivi des pipelines à l’Exploration-Production (suivi corrosion, aspects structurels, etc.) ;
  • de nouvelles méthodes issues de démarches de recherche et développement récentes : technologies nouvelles pour le contrôle d’état par passages de racleurs instrumentés, par exemple.

Transport par route

Le déploiement de PATROM

Le poids des accidents routiers dans les accidents de transport du Groupe (80 %), ainsi que sa présence dans des zones géographiques caractérisées par un contexte difficile en matière d’infrastructure routière et de conditions de circulation, a conduit à des démarches spécifiques.

Celles-ci s’appuient sur des plans particuliers, « PATROM » pour le périmètre Afrique-Moyen Orient dès 2002, puis « POSTAL » pour les zones Amériques Latine et Caraïbes, et plus récemment, « AP-TRIP » pour la région Asie-Pacifique.

Ces plans d’amélioration ont pour caractéristiques communes l’importance accordée aux points suivants :

  • évaluation préalable des véhicules de transport utilisés par les sous-traitants ;
  • formation des chauffeurs, notamment par le biais de la mise en place d’écoles de conduite si nécessaire ;
  • révisions des cahiers des charges des véhicules ;
  • contrôle régulier des véhicules.

L’ensemble de ces opérations s’effectuant en partenariat avec les transporteurs locaux.

Par ailleurs, l’amélioration de la sécurité de la conduite automobile fait l’objet d’une attention particulière via un réseau de correspondants internes, et aussi par des accords de partenariat tel que celui liant La Prévention Routière en France et Total. Début 2010, a été organisée la seconde Convention des correspondants Sécurité conduite automobile.

Des kits ludiques pour sensibiliser les écoliers africains à la sécurité routière

Le Groupe s’investit dans la réduction des risques routiers. Depuis plusieurs années, Total Afrique-Moyen Orient met en place des actions de sensibilisation aux règles de la sécurité routière auprès des écoliers africains.

En 2012, 1 000 kits de sensibilisation ludiques et pédagogiques, les « Safety Cube », ont ainsi été distribués dans les écoles via les filiales. Ces cubes rouges estampillés Total apportent aux enfants une culture et des réflexes en matière de sécurité routière, qu’ils pourront ensuite transmettre à leurs parents.

De plus, le Groupe est également un membre actif du « Global Road Safety Partnership » (GRSP), lancé par la Banque mondiale et l’Organisation mondiale de la santé. Celui-ci permet de mutualiser les compétences et les avancées les plus récentes en matière de sécurité routière, pour les mettre au service d’initiatives concertées entre les États, les acteurs économiques majeurs et les ONG locales.

Par ailleurs nous préparons, avec la Banque mondiale, un projet d’ampleur destiné à sécuriser le trafic sur des axes transfrontières, parmi les plus meurtriers du continent africain : Mombasa (Kenya) - Kampala (Ouganda), Douala (Cameroun) - Ndjamena et, Bangui (Tchad et République centrafricaine).

Total s’engage pour sécuriser les grands axes routiers d’Afrique

Dans le cadre de la Décennie d’action (2011-2020) des Nations unies pour la sécurité routière, Total et la Banque mondiale sont partenaires au sein d’un ambitieux projet : l’Initiative pour la sécurité des corridors africains. Son objectif : réduire le nombre d’accidents et de victimes sur deux grands axes de circulation transfrontaliers africains. En tant qu’affréteur ou propriétaire de camions, Total s’engage dans une démarche responsable visant à améliorer la situation de ces routes parmi les plus meurtrières du continent. Réussissant le tour de force d’impliquer l’ensemble des acteurs publics et privés, cette initiative est actuellement en œuvre au Kenya, en Ouganda et au Cameroun. Elle s’appuie principalement sur :

  • la sensibilisation et la formation des conducteurs et des usagers ;
  • l’amélioration des secours et des services d’urgences ;
  • le perfectionnement de la sécurité des véhicules ;
  • la restauration des infrastructures routières.

Des normes d’autorégulation, ainsi qu’un calendrier de déploiement, ont été mis en place afin de piloter efficacement l’avancée du projet.

Transport ferroviaire

Le Groupe transporte annuellement par fer plus de 15 millions de tonnes de marchandises dangereuses, essentiellement en Europe, où ce transport est effectué en grande partie par les compagnies ferroviaires nationales. Dans le contexte d’ouverture du marché européen à de nouveaux opérateurs (compagnies privées), il est apparu nécessaire de définir des « exigences minimales HSEQ » (Health, Safety, Environment, & Quality) à respecter par tous les opérateurs réalisant des transports de matières dangereuses pour le Groupe.

Transport maritimes et fluviaux

En matière d’évaluation de risques, un ensemble de critères de sélection et d'acceptation, communément appelés vetting , ont été définis afin de s’assurer que les navires transportant nos produits, ou approvisionnant nos terminaux, répondent à nos exigences. Le vetting du Groupe est actuellement parmi les plus stricts de l’industrie pétrolière : il s’intéresse tout autant à la qualité du navire, à la compétence de l’armateur et à celle de l’équipage.

La flotte du Groupe respecte scrupuleusement ces critères : 100 % des pétroliers sont à double coque et l’âge moyen des navires affrétés à temps est inférieur à 5 ans.

La procédure de vetting de Total prend aussi en considération une matrice des compétences des officiers à bord. Elle définit ce que doit être à minima leur ancienneté dans la compagnie, l’ancienneté au poste actuel et le nombre d’années d’expériences sur pétroliers des principaux officiers à bord.

La cartographie des routes maritimes et fluviales empruntées par tous les produits (hydrocarbures, Gaz de Pétrole Liquéfié -GNL-, Gaz Naturel Liquéfié-GNL-, produits chimiques, engrais, charbon) transportés par le Groupe a été dressée. Elle permet de mieux connaître les flux par région, famille de produits, mode et condition d’affrètement, à disposer d’une vue globale et à mieux évaluer les risques.

  • Le transport du pétrole et du gaz

  • La sécurité en offshore profond

    Optimiser la sécurité

    La sécurité des hommes et des opérations de forage est une priorité absolue pour le Groupe.

    Maîtriser, surveiller